Jean Millon de La Verteville, fils de Pierre de La Verteville, est né à Tours en 1919. Il grandit dans un cadre familial qui cultive avec passion l'esprit cavalier, la vénerie et leur expression artistique. Ses premiers dessins témoignent de l'influence exercée par l'œuvre de son père et celle de son cousin Karl Reille, puis par le baron Finot et par Malespina.
A partir de 1935, il s'en affranchit progressivement et développe une personnalité artistique originale, témoignant d'une sensibilité très personnelle, alliant, dans un équilibre subtil, la poésie et l'épopée. Il s'exprime avec une sincérité exemplaire, portée par un coloris moderne et inventif. La vénerie, les courses, les sujets hippiques sont ses thèmes de prédilection.

Tout en poursuivant de bonnes études classiques, Jean de La Verteville travaille avec passion la peinture, et produit de 1938 à 1940 un grand nombre de tableaux traités avec un style plein de maturité.
Intégrant Saint Cyr en septembre 1939 dans la promotion " Amitié Franco-britannique ", il quitte Saumur sous-lieutenant en mars 1940. Affecté au 3ème Groupe franc-motorisé, il prend part aux premiers combats de la guerre. Il tombe au champ d'honneur le 14 juin 1940 à Champlan, aux portes de Paris.

Peintre précoce au destin tragiquement foudroyé, il meurt à l'aube d'une carrière artistique particulièrement prometteuse, ayant déjà acquis, par une recherche exemplaire, une palette harmonieuse aux couleurs douces et élégantes, la maîtrise de fondus étonnants dans le traitement des paysages et un sens exalté du mouvement. Ce sont là des éléments particulièrement séduisants de son art. La plupart de ses tableaux sont traités à la gouache et sont signés J. de La Verteville ou J. de La V.

"La brièveté de sa production et son confinement dans des collections familiales ou particulières expliquent la rareté de ses oeuvres sur le marché de l'art. Malgré cela, son talent est fortement apprécié de certains amateurs qui ont su discerner cette sensibilité nouvelle. Ceux-ci ne reculent pas devant des enchères élevées lorsque l'une ou l'autre de ses "aquarelles" survient en vente publique. Ses tableaux sont ainsi présents chez les plus grands collectionneurs d'oeuvres de vénerie ou de courses, qui reconnaissent en lui une référence essentielle. Sa cote est aujourd'hui des plus enviées."
(Éric Angot, 2008).

Œuvres bibliographiques
Livre des Chasses, 1925-1939 - Livre autographe illustré
Livre de Courses, 1937-1940 - idem
Le Rallye Montpoupon - idem, 1939
Concours Hippique, Versailles, 4 mai 1939 - Livret idem
Esquisses et Croquis, 1932-1940 - Recueil, idem
Livre de Chasse de la comtesse Armand de Saint Guilhem, 1920-1937 - illustrations
Saint Hubert et les Dames - Jean de Chaudenay, Édition Argo, 1929 ; illustrations, 1939

Bibliographie
Chevaux, Chasses et Courses - Quelques Saisons d'Avant-guerre - Le Pigache, 1999
La Vénerie en Touraine - Carte illustrée, La Cymaise éditeur
Les La Verteville - Roland de Chaudenay, in Revue Equus, octobre 1995
Revue Vénerie N° 131 III/1998, couverture
Fanfares et Galops - Catalogue de l'exposition Jean de La Verteville, Musée de la Chasse, Nature et Histoire en Val de Loire, Gien, 2008

Expositions
Tableaux de Famille, Galerie La Cymaise, Paris, 1993
Exposition Galerie Air de Chasse, Paris, 2001 et 2003
Exposition des Peintres de Vénerie, Centenaire de la Société de Vénerie, Montpoupon, 2007
Exposition Jean de La Verteville, Fanfares et Galops, Musée de la Chasse, Nature et Histoire en Val de Loire, Gien, 2008
Musée du Veneur, Château de Montpoupon

Jean de La Verteville, 1939
A l'écurie
Valençay, 23 mars 1937
Livre de Courses, 26 juin 1938
L'Equipage Chateaubriand au Courbat